Aider les enfants à trouver leur place

Bonjour à tous, c’est mercredi, jour des enfants ; aussi allons-nous aborder aujourd’hui un sujet qui me tient à cœur : comment renforcer la confiance, l’estime de soi de votre enfant et lui permettre de trouver sa place.

EXERCICE POUR ÉVALUER L’ESTIME DE SOI DES ENFANTS

Arnaud Deroo propose 3 étapes pour évaluer l’estime de soi des enfants.
Elle consiste à se poser 3 séries de questions. Il y a un plan d’action pour chaque point :

  1. En quoi se sent-il capable ? Sait-il reconnaitre ses succès ?

    – lister avec lui tout ce qu’il sait faire.
    – tenir un journal des succès à remplir chaque soir
    – le rassurer sur l’amour inconditionnel que vous lui portez : par des gestes affectifs, des regards bienveillants, des moments partagés exclusivement, de l’attention en pleine conscience, etc.

  2. A-t-il un réseau d’amis développé ?
    – sur une feuille, écrire les noms de ses amis + photos
    – l’aider à développer ce réseau (organiser une fête ? l’inscrire à un sport ?)
  3. Quelles responsabilités assure-t-il dans la maison, apprécie-t-il ses responsabilités ? Y a-t-il d’autres responsabilités qu’il aimerait prendre ?
    – lui confier des tâches et encourager ses efforts et ses intentions
    – lui transmettre le savoir et le savoir-faire (et vérifier qu’il est acquis)
    – tirer enseignement des échecs et erreurs

Porter un regard bien-traitant sur l’enfant et sur soi d’Arnaud Deroo https://www.amazon.fr/Porter-regard-bien-traitant-sur-lenfant/dp/2367170525

-EXERCICES  DE SOPHROLOGIE :


-les éventails :
on efface tous les doutes, les blocages, tout ce qui entrave son épanouissement et sa confiance en lui.

– l’enfant est debout, les jambes écartées à la largeur du bassin.
Il relâche ses épaules, la tête bien dans le prolongement de la colonne vertébrale, en fermant les yeux.
– il inspire par le nez et lève les bras tendus à l’horizontale.
-il retient sa respiration quelques instants en rassemblant tous ses doutes, ses blocages, ses peurs en pensée.
– Puis, l’enfant souffle doucement l’air par la bouche en secouant les mains énergiquement.
– l’enfant remet ses bras sont le long du corps.
On reprend une respiration naturelle en accueillant les sensations.
Renouveler l’exercice encore 2 fois.
Je vous mets un lien pour que vous ayez un visuel des éventails: https://youtu.be/SIGtsvaapfQ

-la bulle de confiance et d’estime de soi :
-L’enfant est debout, bien droit, les pieds bien ancrés au sol, les yeux fermés.
-il sent sa respiration naturelle : l’air qui entre par les narines, qui ressort doucement par la bouche.
– ses 2 mains se joignent devant lui ; il prend alors une profonde inspiration tout en levant ses bras au-dessus de sa tête et sur l’expiration, l’enfant descend ses bras de chaque côté de façon à délimiter sa bulle.
-il recommence 2 fois encore, et à chaque fois, sa bulle est davantage efficace.
-ça y est ! Sa bulle est créée! Il peut, à chaque fois qu’il prend un profonde inspiration, inspirer la confiance, visualiser toutes ses forces, ses qualités etc et les diffuser en lui à l’expiration.

-EDUCATION POSITIVE

-le blason :
Cliquer sur le lien suivant pour télécharger l’image: https://papapositive.fr/le-blason-un-outil-pour-developper-lestime-de-soi-des-enfants/
L’enfant inscrit dans ce blason, les réussites dont il est fier, une qualité qu’il aime chez lui, une activité qui le rend heureux, un lieu où il se sent en sécurité etc

Je vous suggère d’en faire plusieurs photocopies ; ainsi, vous pourrez voir l’évolution au fil du temps.
Sources : papa positive
Suzanne Archawski et Margot Dugenet “Cahier Vittoz spécial gestion des émotions”.

-le carnet des réussites :

L’idée est de mettre en avant toutes les réussites de l’enfant.

De fait, l’enfant ne se focalisera plus sur ses « échecs » mais au contraire, se concentrera davantage sur ses succès.

Il pourrait l’étoffer avec des dessins, des photos, des collages etc.
En périodes de doutes, il pourra le feuilleter et constatera le chemin qu’il a déjà parcouru.

-dessiner son modèle (héros/héroïne)

Objectifs :
Dessiner va permettre à l’enfant à la fois de se concentrer sur son modèle et de se détendre.

On est proche d’un état de pleine conscience.

Le choix des forces n’est pas anodin. Il s’agit de celles qui ont été identifiées par Martin Seligman et Christopher Peterson dans le cadre de la psychologie
Prendre conscience de la présence de ces forces, va permettre de les utiliser (pour les développer) et de renforcer l’estime de soi de l’enfant.

PS : vous pouvez parfaitement adapter les forces de cette liste et même y insérer des faiblesses.

Ce dialogue sur les faiblesses peut d’ailleurs être l’occasion de décomplexer l’enfant sur des jugements qu’il aurait pu entendre. La perfection n’existe pas, nous avons tous des points faibles et c’est ce qui nous rapproche les uns des autres.

Invitez l’enfant à dessiner son modèle (héros, héroïne) sur la première feuille.

Demandez-lui de choisir les forces qu’il/qu’elle admire chez ce personnage sur la deuxième feuille.

Révélez la troisième feuille en lui expliquant qu’il a ces forces en lui/elle et qu’elles n’attendent qu’à être développées.

Ecrivez son nom à côté de son modèle.

Source :
Papa positive

https://papapositive.fr/6-conseils-simples-pour-developper-lestime-de-soi-des-enfants/

https://papapositive.fr/20-phrases-pour-renforcer-lestime-de-soi-des-enfants-1/

 

-CONTE THERAPEUTIQUE


J’ai mis 2 versions mais évidemment, peu importe celle choisie, cela n’a aucune importance.

-version 1 : Lousion la coquette/ auteure camille griselin

Louison la coquette, ne se trouvait pas très jolie …

Elle n’avait pas les cheveux lisses, ni doux comme Mélanie…

Et elle avait un nez tout petit…

Louison la coquette, passait beaucoup de temps à accrocher sa barrette…

Elle voulait toujours avoir l’air parfaite…

Que sa robe ne soit pas froissée, et qu’elle soit à la mode de la tête aux pieds.

Louison avait très peur de ne pas être aimée.

Elle croyait qu’il fallait faire beaucoup d’efforts pour le mériter.

Elle ne savait pas, qu’elle avait le droit simplement d’être.

Ça veut dire quoi être ?

Ça veut dire vivre, respirer, sans forcément faire quoi que ce soit.

Ça veut dire être, tout simplement soi.

Et arrêter de vouloir être quelqu’un d’autre.

Si tu savais le nombre d’enfants qui veulent ressembler à quelqu’un d’autre…

Alors un jour, Louison est venue me voir, je l’ai assise devant un miroir.

Je lui ai demandé :

-« Dis Louison, tu vois quoi devant toi ? »

Et elle m’a répondu :

-« Je ne sais pas…Une petite fille qui a des cheveux qui partent dans tous les sens…. ».

-« Oui Louison, c’est vrai…C’est parce que tes cheveux dansent… »

-« Une petite fille qui a un tout petit nez… »

-« Oui Louison, c’est vrai…C’est parce qu’il est suffisamment grand pour respirer. »

-« Une petite fille qui a sa robe toute froissée ».

-« Oui Louison, c’est vrai…C’est parce que la petite fille qui la porte, sait s’amuser. Elle sait rire, danser, chanter, dessiner, faire des galipettes et rêver.

La petite fille que tu vois dans le miroir n’est pas parfaite, mais…Elle est géniale, super, unique, originale et tellement chouette !

C’est ça le principal.

Et surtout Louison, cette petite fille  a sa place.
Une place…rien qu’à elle !

Et…si cette petite fille n’existait pas…elle manquerait à la terre entière !

Alors, à partir de maintenant Louison, souviens toi toujours, que tu es importante et que tu le seras toujours !

Et c’est parce que tu es différente et unique, que tu es irremplaçable. »

-« Ça veut dire quoi irremplaçable ? »

-« Ça veut dire que tu es la seule personne au monde a être exactement comme toi. Et c’est une chance tu vois ».

-« ah bon ? Et pourquoi ça ? »

-« Parce que, si tu étais comme Mélanie, tu serais comme une remplaçante au foot, on pourrait se passer de toi  tant que Mélanie y va.
Mais, si tu es différente de Mélanie, alors…on aura toujours besoin de toi car personne ne te remplacera.»

A partir de ce jour-là, Louison commença à se trouver jolie et à s’aimer comme on dit.

Elle trouvait qu’elle avait de la chance d’avoir les cheveux tout tordus parce qu’elle n’avait pas besoin de les coiffer…et avait plus de temps pour jouer…

Elle aimait bien son petit nez…parce qu’il ne lui cachait pas la vue…

Louison adorait quand sa robe se froissait…parce que sa robe aussi s’amusait…

Louison était très heureuse de pouvoir…être.

Elle trouvait que son temps à faire…c’était un peu bête…faire comme les autres était du temps perdu…

Etre elle, c’était du temps gagné.

Alors, je me disais que toi aussi, qui écoute cette histoire, tu pourrais apprendre à t’aimer.

Imagine une poupée qui te ressemble…

Elle a la même couleur de cheveux que toi…un habit comme celui que tu as…

Cette poupée est…unique.

D’ailleurs, si tu regardes sur son étiquette…c’est marqué ton prénom..

J’aimerais que tu imagines, que tu prends cette poupée dans tes bras…que tu lui fais un câlin,  et que tu lui dis tout bas : « je t’aime petit moi. Tu es unique et tu as ta place. Reste toi car tu es irremplaçable. Tu es super et génial.

A partir de maintenant, le petit toi et le grand toi, trouvent leur place.

Oui…tu as ta place et c’est super d’être différent des autres.

Imagine-toi dans quelques jours, avec le sourire, parce que c’est super d’être toi, d’être différent des autres…que ce soit de tes frères et sœurs ou des enfants de ton école…

Vois comme c’est génial de ressembler à soi-même…d’être juste toi…

Louison te dis merci d’avoir écouté son histoire…elle était un peu toi…à travers ce miroir…

A bientôt

-ma version, adaptation de celle de Camille Griselin : Léon le dragon
Peut-être plus adaptée pour les garçons si toutefois, l’idée de Louison ne leur parle pas.

Léon le dragon

Léon le dragon était jaune comme un poussin,
Moelleux et doux comme un coussin.

Comme Adam, il aurait voulu cracher des de grandes flammes…
Mais malheureusement, lui, crachait de jolis feux d’artifices,
Aussi enchanteurs que les yeux de Gladys.

Léon le dragon, aurait aimé voler comme Hervé l’aiglon…
Mais hélas ! Lui, ne savait faire que des bonds…

Léon le dragon était bien malheureux…
Il rêvait d’être grand et fort comme Mathieu…

Léon le dragon voulait toujours être parfait.
Il avait très peur de ne pas être aimé…
Il croyait qu’il devait faire beaucoup d’effort pour le mérité.

Il ignorait qu’il avait le droit simplement d’être.

-« Ça veut dire quoi être ? »

-« Ça signifie vivre, respirer sans faire forcément quoi que ce soit.
Ça veut dire tout simplement être soi et arrêter de se comparer ou de vouloir être quelqu’un d’autre…
Si tu savais le nombre d’enfants qui tentent de ressembler à ceux qu’ils envient ! ».

Alors un jour, Léon est venu me voir et je l’ai assis devant un miroir.

Je lui ai demandé :
-«  Dis, Léon, que vois-tu devant toi ? ».
Il m’a répondu :
-« heu…je ne sais pas…
Un dragon était jaune comme un poussin, moelleux et doux comme un coussin ? »

-«  oui Léon, c’est parce que tu es gai et lumineux, tendre et doux, c’est merveilleux ! ».

-« Un dragon qui crache seulement des feux d’artifices ? »

-« oui Léon, parce que tu sais mettre de la magie et effacer tous les soucis. »

-« Un dragon qui ne sait faire que des bonds ? »

-« Oui Léon, c’est bien pratique pour gagner à la marelle, à saute moutons !
Le petit dragon que tu vois dans le miroir n’est pas parfait, mais il est génial !
Chaque jour, avec ses feux d’artifices, il émerveille tous ses amis et…même Gladys !
Chaque jour, à la récréation, on gagne des points grâce à tes bonds !
Tu es super, unique, original et tellement chouette ! C’est cela l’important !
Et surtout, Léon, ce petit dragon a sa place, une place rien qu’à toi.
et si ce petit dragon n’existait pas, il manquerait à la terre entière.
Alors, à partir de maintenant, Léon, souviens-toi que tu es important et tu le seras toujours !
Et c’est parce que tu es différent et unique que tu es irremplaçable ».

-« Ça veut dire quoi irremplaçable ? ».

-« Ça signifie que tu es la seule personne au monde à être exactement comme toi !  Et c’est une chance tu vois ! ».

-« ah bon ? Et pourquoi cela ? ».

-« Parce que si tu étais comme Adam, Mathieu, Hervé…tu serais comme un remplaçant au foot. On pourrait se passer de toi, tant qu’ils y vont.
Mais, si tu es différent d’eux, alors, on aura toujours besoin de toi, car personne ne te remplacera ».

A partir de ce jour-là, Léon commença à se trouver joli, et, à s’aimer comme on dit.
Il trouvait qu’il avait de la chance d’être doux et moelleux…tous ses amis se blottissaient contre lui, lui faire des câlins en cas de chagrin…

Il aimait bien se feux d’artifices….Il apportait de la magie dans la vie de ses amis…sans compter …Gladys…

Il gagnait beaucoup de points aux concours de marelles, à saute moutons grâce à ses nombreux bonds…

Léon le dragon était ravi de pouvoir être !
Il trouvait que se comparer aux autres était du temps perdu, il était bien plus heureux d’être lui.

Alors, je me disais que toi aussi, qui écoute mon histoire, tu pourrais apprendre à t’aimer.

Imagine un poupon qui te ressemble…
Il a la même couleur de cheveux que toi, un habit comme celui que tu portes…
Ce poupon est unique !
D’ailleurs….Si tu regardes sur son étiquette, c’est marqué ton prénom…
J’aimerais que tu imagines que tu prends ce poupon dans tes bras, que tu lui fais un câlin et que tu lui dises tout bas :
-« Je t’aime petit moi…Tu es unique…Tu as ta place…Reste toi, car tu es irremplaçable. Tu es génial !
A partir de maintenant, le petit toi et le grand toi trouvent leur place…
Oui tu as ta place ! Et c’est super d’être différent des autres…
Imagine-toi dans quelques jours….avec le sourire…Parce que c’est super d’être toi…D’être différent des autres…que ce soit de tes frères et sœurs, ou d’autres enfants.
Vois comme c’est génial de ressembler à soi-même d’être juste soi. ».

Léon le dragon te remercie d’avoir écouté son histoire. Elle était un peu toi…à travers ce miroir…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.